Rechercher
  • e.kovar

Inspirer, expirer. Simple, non ? (part ½)

“J’ai pas le temps de respirer”, “elle me pompe l'air”, “mon patron m’étouffe”...


Respirer semble automatique et pourtant, on a tendance à manquer d’air, comment est-ce

possible ?


J’aimerais vous proposer de réfléchir quelques instants à tout ce qu’une respiration efficace peut faire pour vous… et de l’expérimenter !




Pensez-vous à respirer ?


Pour une grande partie d’entre nous, la réponse est non.

On se rend parfois compte qu’on est essoufflé, mais bien souvent notre conscience de la respiration s’arrête là.


Donc la respiration serait inconsciente, automatique, indépendante de notre volonté ?

Oui et non.


Dans une certaine mesure, on peut bien sûr retenir notre respiration ou au contraire, volontairement hyperventiler quelques instants.


Dans bien des disciplines (yoga, tai-chi et autres techniques de méditation), la respiration constitue justement un lien entre le conscient et l’inconscient, entre le volontaire et l’automatique.


Cette particularité fait du système respiratoire un outil très intéressant pour contrôler notre psyché.

Mais que veux dire “bien respirer”, au juste ?



Quelques principes


Dans les nombreuses techniques qui considèrent la respiration, les théories peuvent varier. Je vous présente ici quelques principes, dont les justifications dépassent de très loin le cadre de cet article, mais je vous encourage à tester ce que je vous propose ici.


Voici quelques expériences.


Prenez-les comme un jeu, leur but étant de vous permettre une petite exploration de votre système respiratoire.



1. Inspirer par la bouche / expirer par le nez


Inspirer par le nez semble être une indication récurrente dans bien des cultures. Cela permet de filtrer les poussières présentes dans l’air et d’équilibrer la température et le taux d’humidité de celui-ci.

Mais ça va au-delà de ça. En essayant d’inspirer par la bouche et d’expirer par le nez, sur quelques cycles, vous constaterez probablement que cela ne vous permet pas du tout le même contrôle sur le volume d’air.



2. Symétrie


Vous avez peut-être déjà constaté que pour calmer vos pensées et vos émotions, une série de longues expirations est assez efficace.


Voici pourquoi :


L’inspiration active le système sympathique, ce qui agite l’esprit, accélère le rythme cardiaque et prépare le corps pour l’activité physique.


L’expiration, au contraire, tend à calmer notre système, à calmer le rythme cardiaque et celui des pensées.


Pour un bon équilibre et à moins d’une situation particulière, il est recommandé d'avoir un temps d'inspiration et expiration équivalent.


Testez aussi l'allongement du temps d'inspir par rapport à l'expir et inversément, vous ressentirez très vite les différences.


Dans mon prochain article, je vous présenterai deux autres principes pour aller un peu plus loin dans l’expérience et lier la respiration au mouvement.


Ne retenez pas votre souffle en l’attendant !




AVERTISSEMENT



Ces instructions et conseils sont tirés des ouvrages ou sites Internet de référence en thérapie et en sport. Elles sont testées par de nombreuses personnes et confirmées par des études scientifiques. Toutefois, ces informations sont données à titre informatif uniquement et ne sauraient en aucun cas constituer un avis médical, ni engager ma responsabilité. Pour tout usage dans un but thérapeutique, consultez un médecin au préalable ou prenez rendez-vous avec moi afin que nous puissions définir vos besoins de manière précise et personnalisée.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout